Marina CALEJO LANZAROTE


 

 

CALEJO

Les manœuvres d'appontage sont faites.
Le repas est prêt. Rangement du bateau et découverte de la
marina....

Jean François n'a qu'une idée en tête
réparer ou ouvrir le réservoir gazole. Nous allons faire le tour de
la marina et nous nous arrêtons, chez un loueur de voiture. Les prix
sont affichés en devanture et semblent correctes. Nous entrons et
réservons un véhicule pour trois jours, nous sommes agréablement
surpris par le prix beaucoup plus intéressant que dans l'île de
Porto Santo. Nous allons pouvoir visiter l'île et s'il le faut aller
chercher un bouchon de réservoir dans la capitale de l'île
Arrecife. Nous avons aperçu un shipchandler au fond de galerie de la
marina mais il semble fermer.

L'île est faite de volcans, nous
l'avons aperçu de la mer, peu de verdure, et une succession de cônes
volcaniques comme une chaîne de montagne, je pense aux Pyrénées.
Un rafraîchissement en terrasse d'un café restaurant, les quais
sont bordés de restaurants avec des spécialités plus ou moins
locales. Nous retrouvons des lieux similaires à la Marina de
Rubicon,  cette marina est plus ancienne mais il est évident qu'il
s'agit d'un complexe dédié au tourisme avec les prix en
conséquence. Tout y est artificiel. Je m'y promènerais
tranquillement sans mon capitaine qui comme  le sont souvent les
hommes, n'aime pas faire les boutiques. Il y a une parfumerie, j'y
entre et découvre que les prix sont 30 à 40 % moins cher qu'en
France. Tiens, tiens !

Mes pas me ramènent au bateau... Jean
François est sur le bouchon, décripant, manivelle pour ouvrir,
démontage du nable rien n'y fait....à croire que le bouchon est
collé dans le système de fermeture... Il avait vidé le réservoir
car il contenait du gazole, l'avait nettoyé à la Turballe mais
n'avait pas essayé l'ouverture du réservoir sur le pont.

Demain matin, ballade sur Arrecife à
la recherche d'un magasin matériel bateau....

Première nuit à la marina....Nous
sommes loin de la zone des restaurants et tout est calme, plus calme
qu'à Rubicon où la musique des restaurants résonnait dans le port.

Levés tôt, toilette rapide et hop en
route...Nos jeunes ont au programme une ballade avec le pouce pour
introduction....Ils ont envie de se déplacer en stop pour découvrir
l'ouest de l'île. Nous nous baladons sur le remblai. C'est un jour
de marché, des stands  d'articles souvenirs, vêtements, bijoux
couvrent le remblai, ils sont tenus  pour beaucoup par des  hommes de
couleur.... même vendeurs que l'on trouve sur les marchés de saison
en France d'ailleurs.

Nous trouvons un bouchon chez un
accastilleur, la devanture du magasin ressemble à si méprendre à
une quincaillerie, nous hésitons d'ailleurs avant d'y entrer. Nous
trouvons deux pièces l'une en plastique, et l'autre en métal inox,
nous avons le modèle. Les mesures tuyau sont prises. Super, la
réparation pourra s'effectuer, nous rentrons à la marina en début
d'après midi. Jean François retrousse ses manches et reprends la
réparation....mais au tout dernier moment, impossibilité de fixer
le bouchon et son support sur le pont, nous avons choisi le bouchon
plastique. Le support bouchon est plus petit et les vis qui doivent
se fixer sur le pont , n'ont plus d'ancrage.....GRRRRRRRRRRR

Retour à Arrecife,  prévu pour le
lendemain, ballade dans l'île, réparation à revoir....Galère
quand tu nous tiens !

Jean Michel , le lorientais travaille
sur le port, répare, commande des pièces pour les navigateurs. Jean
François lui présente la pièce qui pose problème, il pense avoir
les outils pour débloquer le bouchon du réservoir. Le soir, il nous
ramène l'ensemble bouchon et support et finit lui aussi par dire que
le bouchon pourrait bien être collé au support.

Le lendemain, le bouchon et son support
seront trouvé et enfin la réparation est faite. Le plein de gazole
est prévue lorsque nous sortirons de la marina.

Nous visitons Jean François et moi,
l'île en long et presque en large....Paysages souvent désertiques,
chaînes de volcans ressemblant à des cônes, dans certaines vallées
des villages avec des jardins en espaliers et quelques zones de
cultures, champs de petite taille encadrés de murets de pierre. Nous
voyons peu de personnes dans l'île, les maisons toutes blanches avec
les toits en terrasse semblent vides.  La ville d'Arrecife est la
ville phare de l'île, et sa capitale.

Dernier jour avec la voiture, nous décidons d'aller à l'ouest de l'île. Nous découvrirons une zone
de salines qui nous transportera dans les marais de Bourgneuf ou ceux
de Guérande. Puis sur notre lancée, nous irons voir Ghislaine et
Maurice, les gens du sud, histoire de leur faire un coucou....Bavardages, plaisir du coup des retrouvailles.... Ils sont contents de notre petite visite
surprise....

Nous retournons au bateau ….Départ
demain matin direction mouillage Papagayo...

Enfin un mouillage....Pas de vent
prévu....

 ARTICLE à terminer.....

 



26/10/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres